Puissance 5 : nos principales recommandations de meilleures pratiques pour la chaîne du froid

4th janvier 2019

Bon d’accord, l’expression « meilleure pratique » est peut-être trop utilisée de nos jours. Une ultime entrée ambiguë au dictionnaire du marketing. Mais en réalité, ce qu’elle représente est une valeur réelle et pratique, provenant d’expériences durement acquises et des conseils proactifs – mêlée aux dernières technologies et conceptions industrielles.

C’est la raison pour laquelle chez Thermo King, nous avons pensé qu’il serait utile d’évaluer les dernières bonnes pratiques pour éviter les gaspillages dans la chaîne du froid. Vous trouverez ci-après nos principales recommandations.

Meilleure pratique n°1 : Placer les connaissances de l’expert(e) au centre de l’équation

Même si cela semble être une évidence, il n’en reste pas moins qu’il s’agit du point le plus important. Les chaînes du froid deviennent de plus en plus complexes et les risques de problèmes ou de dysfonctionnements sont nombreux. Souvent, la marge est mince entre livraison parfaite et chargement abîmé.

Durée du trajet, différents modes impliqués, diverses sensibilités à la température du produit, etc. : tous ces éléments représentent un problème potentiel ; et la maîtrise de ces éléments renforce la valeur du savoir-faire de confiance.

Cela implique les experts « obtenant » le contrôle de la température, pouvant travailler avec les expéditeurs, les centres de distribution et les clients pour équilibrer et affiner chaque livraison – à chaque fois.

Meilleure pratique n°2 : Transformer la coordination en une responsabilité partagée

Une chaîne du froid consiste à maintenir l’intégrité de la température, ce qui nécessite également des niveaux élevés d’intégration et de coordination.

Chaque étape du processus et chaque partenaire – de l’agriculteur/récoltant ou producteur au vendeur final – doivent donc être encouragés à partager la responsabilité de conserver la fraîcheur du produit.

De même, une telle intégration doit être axée sur l’acheminement des produits via le système le plus rapidement possible.

Des vulnérabilités surviennent lorsqu’il y a des retards dans la gestion des produits, et surmonter ces difficultés nécessite des partenariats solides – sans parler de l’engagement de toutes les parties concernées à respecter le même ensemble de normes, de valeurs et d’engagement envers l’excellence.

Meilleure pratique n°3 : Être toujours paré à l’imprévu

Une rupture de la chaîne du froid peut survenir pour de nombreuses raisons. Cela peut rapidement conduire à des chargements exposés à un froid ou une chaleur extrême, et à des dommages (l’estimation standard établit qu’une augmentation de seulement 1 °C à basse température réduit la durée de vie jusqu’à 50 %).

Cela nous amène au sujet de la planification d’urgence, qui, en termes de meilleures pratiques, implique de :

  • Définir étroitement les règles et les responsabilités : identifier qui doit faire quoi et quand en cas d’urgence, ainsi que la communication requise
  • Procéder à des évaluations de risques transparentes : anticiper ce qui pourrait mal se passer et maintenir à jour le plan pour y remédier (stockage de pièces de rechange supplémentaires, calcul des itinéraires différents, etc.)
  • Tester votre aptitude à répondre : investir le temps et les ressources nécessaires pour tester vos plans d’urgence, procéder à des exercices et mener des exercices de simulation ou pratiques

Meilleure pratique n°4 : Entretenir une ouverture à la communication et une visibilité

Personne n’aime opérer à l’aveugle, et sans clairement voir ce qu’il se passe sur le « terrain ». C’est la raison pour laquelle le suivi en temps réel est bien plus qu’une meilleure pratique.

Non seulement cela vous permet de mieux comprendre à quel niveau de processus de la « chaîne de traçabilité » se situent chaque expédition et chaque chargement mais aussi de dresser une vision détaillée des problèmes potentiels en cours de réalisation.

Voilà en quoi consiste le monde moderne de la connectivité et des produits télématiques tels que TracKing de Thermo King. Ces produits offrent une capacité à accéder, en temps réel, à des informations sur la température, la localisation et les alarmes à partir d’un poste de travail distant, et, par conséquent, la certitude de savoir et non plus juste l’espoir de comprendre.

Meilleure pratique n°5 : Être plus intelligent grâce à plus de capacité

Les économies d’énergie sont un thème récurrent dans le domaine du stockage frigorifique, car il est plus coûteux de refroidir l’air que de le chauffer. Le problème réside évidemment dans le fait que différents produits nécessitent des températures différentes pour rester en parfait état.

Acheter la meilleure technologie de réfrigération du marché ne suffit pas à satisfaire cette condition.

Il faut également que les expéditeurs, les centres de stockage, les fournisseurs tiers et les clients s’entendent lors de la planification des livraisons pour rassembler les produits nécessitant des températures similaires pendant le transport ainsi que leur manipulation et leur stockage.

Cela vous permettra également de choisir la technologie de refroidissement qui répond à cet ensemble spécifique de produits.

Établir ses propres références en termes de meilleures pratiques

Voici donc nos cinq principales recommandations. Nous pourrions évidemment en citer plein d’autres, mais offrir, aujourd’hui, une chaîne du froid de classe mondiale, c’est établir de bonnes bases, et combiner la bonne technologie avec la bonne approche et les bons comportements.

Pour la « partie technologique », Thermo King propose une gamme unique de solutions de contrôle de la température qui couvre tous les types de chaînes de froid pour des transports nationaux, internationaux et intermodaux. Visitez notre site Web pour plus d’informations.