Logistique intermodale : l’essor du ferroviaire

31st mars 2020

Avec les enjeux auxquels sont confrontées les solutions intermodales, le ferroviaire représente un réel terrain de croissance pour les entreprises de logistique. Les progrès dans le secteur du ferroviaire pour maintenir des conditions de température précises vont dans le sens de ce changement et conduisent à des performances et des avantages en matière de développement durable exceptionnels.

Commençons par un chiffre : 653 537. C’est le nombre total de voies ferrées en kilomètres qui existent, supposément, à travers la planète.  Comparez cette valeur aux 21 millions de kilomètres de routes estimés, ou aux voies maritimes et aériennes dans le monde entier.

Quelle que soit la manière dont vous les observez, les chaînes de logistique intermodales ont beaucoup à offrir.

L’intermodalité a vu le transport maritime et routier être en tête. Mais récemment, la popularité du ferroviaire a connu une croissance stable. Évidemment dans le monde du transport frigorifique, encouragée par les facteurs clés suivants :

  • De plus en plus de produits nécessitent désormais un transport sous température contrôlée, des imprimantes haute technologie aux simples comprimés de paracétamol
  • Les réglementations stimulent en partie cette hausse, ainsi que des initiatives, comme les BPD
  • Des objectifs à long-terme visent à réduire le gaspillage alimentaire (estimé à 1,3 milliards de tonnes chaque année), tout en répondant aux demandes alimentaires d’une population croissante

Enjeux intermodaux

À l’origine de ces facteurs de haut niveau, il existe un grand nombre de préoccupations davantage opérationnelles. Des enjeux au quotidien qui continuent d’influencer la direction future de la logistique intermodale.

Il s’agit des modifications suivantes :

La pénurie continue des conducteurs formés

Ce qui à son tour crée le « déplacement oriental » des talents à mesure que les conducteurs provenant de Pologne et alentours partent vers l’ouest pour occuper les postes vacants. Cette situation génère alors à son tour une pénurie nationale en Pologne, qui reçoit des conducteurs en provenance de pays comme l’Ukraine.

La valeur du ferroviaire ici est évidente : un train peut transporter 80 conteneurs ou semi-remorques, et seuls des courts trajets après le déchargement pour livrer des chargements jusqu’à leur destination finale sont nécessaires. Un avantage qui présente également des atouts immédiats en matière d’émissions et de consommation de carburant.

De plus en plus d’embouteillages

Moscou occupe toujours la première place lorsqu’il s’agit des embouteillages routiers, avec Londres en deuxième position et Paris en troisième place. Rien que dans la capitale française, on estime que les automobilistes passent en moyenne 65 heures par an bloqués dans des embouteillages.

Concernant les problèmes de conducteur, la capacité du ferroviaire à déplacer plusieurs chargements en une seule fois constitue un atout évident. Prenez par exemple la ville portuaire d’Anvers et son périphérique décrit comme le « centre d’une toile d’araignée d’autoroutes de laquelle il est impossible de s’évader ». Avec un ensemble de routes entraînant d’autres problèmes, les dirigeants ont récemment exhorté les entreprises à utiliser le ferroviaire !

Un manque de confiance

Il s’agit d’un problème qui survient principalement dans le secteur pharmaceutique. La majorité de ces produits pharmaceutiques sont transportés par route ou dans les airs, car les fournisseurs cherchent absolument à maintenir des plages de températures exactes. Cependant, une telle approche peut être onéreuse, mais aussi préjudiciable pour l’environnement.

La difficulté est de prouver que le ferroviaire peut également maintenir les températures de chargement avec une précision de plus ou moins 2 degrés. Alors que la technologie parvient à ce résultat, un nombre croissant d’entreprises se tournent vers le ferroviaire, pour la plupart en mode de test.

Influences politiques

Celles-ci peuvent aller des interdictions d’importation et d’exportation (par exemple entre l’UE et la Russie) à la nouvelle route de la soie, initiative subventionnée par le gouvernement chinois.

Dans le secteur ferroviaire, toute interdiction amène des restrictions et une grande complexité qui entravent sa croissance. En ce qui concerne la nouvelle route de la soie, la préoccupation majeure est que les subventions existantes prendront fin, tôt ou tard. L’enjeu est donc de trouver des modèles commerciaux qui génèrent des profits sans ces dernières.

Mettre l’innovation au centre de la stratégie

En parlant de solutions, un grand nombre d’avancées technologiques sont à relever. Il s’agit des modifications suivantes :

  • Une plus grande utilisation des conteneurs de 45 pi, pour mieux s’adapter aux chargements sur semi-remorques (il manque généralement 3 palettes sur les semi-remorques de 40 pi)
  • Des améliorations de l’isolation des semi-remorques et des perfectionnements des moteurs de refroidissement, afin que les équipements supportent les températures ambiantes extrêmes (aussi bien élevées que faibles)
  • Des produits télématiques connectés, permettant aux clients de suivre des chargements partout dans le monde, de surveiller les conditions et de modifier les paramètres si besoin
  • Une technologie plus solide, préparée à subir d’importantes manipulations (déplacement, soulèvement, chargement et déchargement de trains)
  • De nouveaux dépôts ferroviaires permettant aux semi-remorques standard d’être installées sur un train sans ajustement ou intervention manuelle

Tournés vers l’avenir

De nouvelles évolutions dans le ferroviaire ont visé à faire de ce secteur une option bon marché, plus pratique et plus fiable dans le marché de l’intermodal. Elles visent à garantir aux entreprises de logistique que les chargements sont maintenus dans un état optimal, même si le conducteur ne se trouve pas à proximité pour gérer les conditions à l’intérieur de chaque semi-remorque.

D’autres nouvelles technologies font leur apparition, parmi lesquelles la chaîne de blocs qui est utilisée par des ports encombrés, comme Rotterdam et Hambourg.

Cependant, nous devons permettre aux plus petites entreprises de logistique de rattraper leur retard. En conséquence, nous espérons que les technologies existantes recevront la majorité des investissements au cours des prochaines années à venir. C’est une question d’évolution plutôt que de révolution

L’assistance qui compte

Enfin, il convient de noter le rôle de Thermo King dans la logistique intermodale. Notre principale priorité est simplement de fabriquer les groupes frigorifiques les plus performants, les plus robustes et les plus intelligents possibles. C’est ce que nous continuons de faire, avec des avancées en matière de groupes électrogènes, de commandes et d’accessoires en option.

Il s’agit des outils de base. Mais à notre avis, ce qui nous permet de véritablement nous démarquer, c’est l’assistance que nous offrons à nos clients. C’est pourquoi nous continuons d’investir sans relâche dans notre réseau de concessionnaires international. Ainsi, nous proposons un réseau d’expertise dans le monde entier qui offre une assistance où et quand vous avez le plus besoin.

Outre le réseau de concessionnaires, nous pouvons aussi ajouter notre gamme Connected Solutions : des produits télématiques qui étendent notre couverture mondiale et permettent une consultation en temps réel des conditions à la fois du chargement et de l’équipement frigorifique pour favoriser des opérations plus intelligentes.

Trouvez votre voie vers la réussite

Du transport routier au transport ferroviaire, Thermo King offre les produits et l’assistance dont vous avez besoin pour protéger chaque chargement, quelle que soit la situation.

Pour de plus amples informations, visitez notre page d’accueil dédiée aux solutions intermodales.

Posted in

Solutions

Loading...